in ,

Le président de NoA réagit aux conditions de travail présumées chez Nintendo et trouve les rapports « troublants »

 

Nintendo a publié une réponse à cette plainte, déclarant que le travailleur était « un contractuel précédemment licencié pour avoir divulgué des informations confidentielles ». Cette réponse a été suivie d’autres allégations concernant les conditions de travail des travailleurs à temps partiel et des contractuels chez Nintendo.

Maintenant, dans une mise à jour, Stephen Totilo, auteur d’Axios Gaming, a partagé une partie d’un message interne envoyé par le président de Nintendo of America, Doug Bowser, aux employés au sujet des « histoires apparaissant dans certains médias » concernant les « prétendues conditions de travail chez Nintendo ». M. Bowser a déclaré que lui et l’équipe dirigeante avaient trouvé de nombreux points « troublants » et qu’ils « examinaient le contenu ». Il a réaffirmé que Nintendo avait une « tolérance zéro pour les comportements inappropriés, y compris le harcèlement, la discrimination ou l’intimidation ».

Un contractant actuellement en charge des tests de produits chez Nintendo a déclaré à Axios qu’il avait trouvé le message de Bowser « décevant » car il ne faisait apparemment pas référence « au problème du contractant au cœur de tant de comptes ». D’autres sous-traitants de Nintendo of America ont également raconté leur histoire à Axios. Un ancien contractant connu sous le nom de Ash, qui travaillait dans le centre de service à la clientèle, a parlé de sa lutte pour prendre des congés pendant une période difficile de sa vie :

Ils ont travaillé dans le centre de service client de Nintendo pendant plusieurs années jusqu’en 2015. Les règles strictes en matière de congés pour les contractuels et les voies limitées vers un emploi à temps plein ont ajouté au stress que les contractuels pouvaient être abandonnés à tout moment. Cette pression, disent-ils, a aggravé un problème cardiaque. Ash dit que leur moment de désillusion est arrivé lorsque leur grand-père est mort : « On m’a dit que si j’allais à ses funérailles, je n’aurais pas de travail à mon retour. »

Axios note que ces témoignages correspondent à ce qui a été publié par des sites d’information comme Kotaku et IGN. Les sous-traitants de Nintendo sont employés par des sociétés de recrutement qui les traitent comme des travailleurs de « seconde classe », puisqu’ils ne bénéficient apparemment pas des avantages des employés à temps plein et n’ont jamais la possibilité d’accéder à des postes plus sûrs. En avril, Nintendo a transmis une déclaration officielle à GoNintendo, en réponse à la plainte des travailleurs :

« Nous sommes au courant de la plainte, qui a été déposée auprès du National Labor Relations Board par un entrepreneur qui a été licencié pour avoir divulgué des informations confidentielles et pour aucune autre raison. Nintendo n’a pas connaissance de tentatives de syndicalisation ou d’activités connexes et entend coopérer avec l’enquête menée par le NLRB.

« Nintendo s’engage pleinement à fournir un environnement de travail accueillant et favorable à tous ses employés et contractants. Nous prenons les questions d’emploi très au sérieux. »

Vous pouvez en apprendre davantage sur cette histoire dans notre couverture précédente. Si nous entendons des développements, nous ne manquerons pas de vous en faire part.

A lire également :  Le RPG d'Obsidian, Pillars Of Eternity II : Deadfire, semble avoir été annulé sur Switch

Rédigé par Mickael Legrand

Passionné de films et de séries télévisées, je partage mes découvertes avec vous en tant que rédacteur spécialisé dans le divertissement.